Revenir au site

Parcours et réussite en licence

Les résultats de la session 2018

· Formation,orientation,licence,étudiant,université

Moins de 1 bachelier sur deux inscrit en L1 l'année de son baccalauréat obtient son diplôme de licence ! Le bacheliers généraux s'en sortent le mieux. L'assuidité mais aussi les disciplines font varier les chiffres.

Moins de 30 % des étudiants réussissent leur licence en 3 ans

Parmi les bacheliers 2014, inscrits en L1 l'année de leur baccalauréat, seuls 29% ont obtenus leur diplôme de licence à la session 2018. Avec une année de plus, ils sont 13% d'étudiants de plus à obtenir ce sésame (en 4 ans, donc). Au total se sont 41,9 % des étudiants qui réussissent en 3 ou 4 ans.

Le type de bac a son importance dans la réussite en licence

Les bacheliers scientifiques sont ceux qui s'en sortent le mieux (38,4 % d'entre eux réussissent leur licence en 3 ans, soit sans redoublement). Les bacheliers économistes sont juste derrière avec 37,6 %. Puis viennent les bacheliers littéraires (33,3%). Seuls 7,7% des bacheliers technologiques obtiennent leur licence en 3 ans (ils sont 15% à l'avoir en 3 ou 4 ans). Quant au lycéens issus des séries professionnelles, ils sont 5% à obtenir une licence en 3 ou 4 ans, alors qu'à l'origine ces diplômes ne sont pas spécifiquement faits pour eux (ils sont prioritaires sur des filières comme les BTS).

Un bachelier avec mention a plus de possibilités de réussites en licence

Parmi les étudiants ayant eu une mention 'très bien" au baccalauréat, 78,3% réussissent leur licence en 3 ou 4 ans. A l'inverse, les bacheliers sans mention ne réussissent qu'à 32% voire même seulement 18,4% pour ceux qui ont obtenus le bac au rattrapage...

La réussite dépend de la discipline

Plus de 30% des élèves inscrits en droit, sciences politiques (licence pas IEP) réussiront leur licence sans redoubler sur les 3 ans, alors que les étudiants de sciences éco, ou AES, ne seront que 24 % à y arriver. On constate que ces dernières filières sont celles qui intéressent le plus les bacheliers technologiques ou ceux qui n'ont pas obtenu de mention au baccalauréat.

Lien entre réussite et assiduité

Le taux d'abandon et de redoublement en fin de première année est important (seuls 44% des élèves passent en L2). Et l'assuidité est un élément essentiel de réussite : près des 3/4 des étudiants non assidus ne se réinscrivent pas en licence l'année suivante...

Les études universitaires ne sont pas aisées et exigent du lycéen d'avoir bien bâti son projet professionnel. Aller à la fac "pour voir" ou sans idée claire, c'est se retirer des chances de réussites. En effet, sans projet, peu de motivation. Or les études en licence exigent une grande rigueur, un grand sens de l'organisation et beaucoup de volonté. Ce n'est pas l'esprit de compétition qui y règne par opposition aux CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles), mais l'individualisme y règne en maître. Les étudiants doivent aller à la pêche aux infos, sans savoir ce qu'ils cherchent exactement. Ici, pas ou peu d'accompagnement. Le cocooning prodigué par les lycées est bien loin. Réussiront les plus motivés, non pas par esprit de compétition mais par une rigueur absolue.

D'autre part, on peut constater dans certaines universités, que les cours ne deviennent vraiment intéressants qu'en troisième année de licence... Il faut tenir jusque là !

Source Note Flash du SIES n°26, Décembre 2019

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK